11:03
19/11/2017

"Des moments d'échange avec tous les acteurs présents"

Aj9i1662

La Coupe de France Combat Séniors est depuis plusieurs années l’un des rendez-vous phares du calendrier fédéral. Ce week-end, cette dernière se déroulait à Lille pour la troisième fois consécutive. C’est dans ses locaux que l’ASPTT Lille Karaté accueille avec ferveur les meilleurs karatékas français. Comme depuis deux ans, le club lillois a misé cette année sur un nombre de bénévoles élargi, repartis dans/sur 3 trois pôles majeurs : le service aux compétiteurs, la sécurité ainsi que le bar.

Membre du comité d’organisation de l’événement depuis la première édition en 2015, Marie-Laure Kerckove sera de nouveau à la tête d’une équipe d’une dizaine de personnes. Entre l’esprit de cohésion et l’envie de toujours faire mieux, les objectifs du club sont tout tracés : donner le meilleur de soi. Rencontre.

Depuis combien de temps s’organise cette nouvelle édition de la Coupe de France ?

« Un événement comme celui-là se prépare tout au long de l'année et nécessite beaucoup de disponibilité horaire pour les réunions, les temps d'échanges informels, dans le but de toujours chercher à améliorer le service rendu… A un mois de l'événement le rythme s’accélére. Il faut gérer les commandes, faire le lien avec les différents intervenants, réaliser les points organisationnels avec Alexandre, Bruno et le régisseur du Palais des Sports. C'est en réalité beaucoup de communication et d’ajustements… La semaine qui précède l'événement est dédiée à la préparation du Palais : réception des commandes et rangement, nettoyage, installation… »

Quelle est ta fonction ?

« J’ai un rôle logistique pour l’équipe « bar » à qui sont attribuées plusieurs tâches : gérer les stocks, livrer un service de qualité aux spectateurs, aux bénévoles et aux arbitres (préparation de la salle pour le briefing) ; assurer le service petit-déjeuner en plus de la gestion avec le service de restauration pour les repas du midi et du soir. »

Le collectif, un atout majeur.

« L'équipe de bénévoles est une équipe extra, hyper motivée, essentiellement des fidèles qui rempilent d'une année sur l’autre : Françoise, Marie-Pierre, Lydie, Claire, Pascal, Eric (avant qu'il ne soit président de l’ASPTT), Christine, Stéphane, Maé, Nadine, Michel et Béatrice. Nous sommes une vraie équipe et nous avons à coeur que la manifestation soit une réussite. Tout le monde a sa place et est important, chacun fait selon ce qu'il est, ce qu'il peut et a envie de donner et partager. Mais sans ce collectif, la touche personnelle que chacun y met, l'effet ne serait pas le même. »

Que t'apporte cette expérience ?

« Chaque année, je trouve toujours plusieurs raisons de recommencer l’année d’après (rires). Entendre les coachs, compétiteurs, spectateurs nous dire qu’ils sont contents de revenir, que l'accueil au bar est toujours aussi agréable est une vraie récompense pour nous. Malgré le rythme, la fatigue, les coups de feu et l'espace exigu, je n'échangerai ma place avec personne ! Au-delà de ça, il y a les moments conviviaux entre tous les bénévoles, les moments d’échange avec tous les acteurs présents. Notre objectif est le sentiment de bien-être des personnes qui viennent au bar, donner du plaisir, offrir et recevoir des sourires en pagaille, avoir des fous rires et des mercis. »

Depuis combien de temps pratiques-tu le karaté ?

« Enfant, j’ai débuté le karaté en Picardie. Après avoir quitté le club de Clermont de l’Oise puis celui de Bresles dans lequel j’ai obtenu ma ceinture verte, j’ai arrêté de pratiquer. Puis, en 2008, avec beaucoup de motivation et d’envie, j’ai repris le karaté à l’ASPTT. »

En temps normal, quelle place occupes-tu à l’ASPTT ?

« Je ne concevais pas de faire partie de ce club sans m'y impliquer, c'est aussi important pour moi finalement que de pouvoir pratiquer. Chaque année, j’apprécie d'accueillir et renseigner les nouveaux adhérents lors des sessions d’inscription. D’une année sur l’autre, revoir les parents qui viennent réinscrire leur(s) enfant(s) est toujours un plaisir. À l’inverse, tout le versant administratif et la rigueur que demande la gestion des inscriptions me plaît. Lors de ces moments, je peux contribuer à véhiculer l'image d'un club accueillant, convivial dans lequel chacun selon son niveau et ses envies peut venir pratiquer. »

 

Interview : Molly Loumikou / Photo : Denis Boulanger - FFK

Retour au fil d'actualités