20:27
12/05/2018

Bilan du troisième jour : Des chercheuses d'or et de bronze

Aj9i1340

Malgré les échecs pour le bronze de Johan Lopes en -60kg, d'Alexandra Feracci en kata individuel féminin (d'un petit drapeau), on ne peut dire qu'une seule chose de cette journée : elle fut excellente. Non seulement favorable aux intérêts de la France dans le classement des nations, dans lequel nous sommes toujours à la seconde place, mais aussi et sans doute surtout, réconfortante pour les combattantes engagées, notamment celles qui étaient en quête de bronze. Alexandra Recchia a versé une larme de dépit en sortant du tapis, ce n'était sans doute pas sa place, mais quel combat elle a fait pour le démontrer ! Elle sort sans or, mais sans doute, confiante dans ses moyens et son avenir. Quant au groupe féminin qui faillit bien hier être enlisé sous le poids de sa lourde responsabilité, il a finalement enchanté ce championnat pour des esprits français, construisant la première pierre d'un édifice collectif par une victoire qui sera racontée longtemps. Il a aussi justifié l'esprit de ces sélections, en montrant que le champ clos continental était à la mesure de ces jeunes talentueuses, la campagne dont elles avaient besoin pour se renforcer avant les grandes batailles à venir. 

Pas de médaille pour les garçons

Deux médailles de bronze magnifiques, deux médailles d'or sublimes de maîtrise. Comme un signe de reconnaissance, les deux reines de la fête, Lucie Ignace et Anne-Laure Florentin, sont désormais triples championnes d'Europe. Une performance non seulement historique, mais aussi un très bon tremplin pour ces fameuses batailles à venir. En emportant aussi le titre qu'elles avaient à leur portée, elles sauvent la "nation France", celle du karaté, qui vacillait à Novi Sad, faisant à elles deux ce que l'ensemble du collectif national n'était pas parvenu à faire l'année dernière en Turquie - ramener deux titres - et conservant pour l'instant à la France une deuxième place flatteuse au classement des nations. 
Si les filles vont plutôt bien, au soir du troisième jour, on doit bien constater l'absence de médailles masculines françaises. Johan Lopes était le seul à pouvoir modifier cette perception, mais après sa cinquième place, l'évidence s'impose : l'équipe masculine a failli, les individuels ont sombré, les techniciens ne se sont pas imposés. Un champ de réflexion et de travail à venir pour l'encadrement national. 
Enfin, et c'était peut-être le moment le plus pur à retenir de cette journée d'hier : les sourires de Jordan Fonteney et de son père, fêtés par toute l'équipe de France ravie. Une très belle médaille d'or.

 

Denis Boulanger - FFK

  • 3e jour
  • KATA
  • COMBAT
Retour au fil d'actualités