16:57
05/05/2017

Bilan de la deuxième journée : deux finales de plus

En se hissant dans les deux finales en combat par équipes, la Turquie marque de plus en plus clairement ce championnat de son empreinte, portant son total actuel à huit finales, huit médailles d'or potentielles. C'est beaucoup. Mais les poursuivants les plus concernés ne relâchent pas leurs efforts. L'Espagne et l'Ukraine, qui monte en puissance, passent à trois. L'Italie, déjà en deuxième position, se hisse dans les deux finales par équipes kata, ce qui lui fait à elle aussi un joli total de six finales. La France fait presque aussi bien en prenant deux finales aujourd'hui, l'une en combat par équipes, l'autre en kata par équipes, pour un total de cinq finales, ce qui est dans la fourchette haute de ces dix dernières années. Avec Montpellier et ses huit finales (pour six titres) mises à part, La France n'a fait mieux qu'une fois, en 2013 avec six finales. Il faudra que la Turquie convertisse ses huit options pour ne pas faire comme en 2015 avec le même score, qui n'avait finalement accouché que de deux médailles d'or et d'une deuxième place au classement des nations. Même si cette fois le groupe semble beaucoup plus solide et que le public sera avec eux, la bataille n'est encore pas achevée.

Des filles qui ne gagnent... que les championnats du monde
Dommage sans doute que l'équipe de France féminine, championne du monde en titre ne se hisse pas elle aussi en finale aujourd'hui. Mais ce n'était déjà pas le cas à Montpellier en 2016, et cela ne l'avait pas empêchée d'être championne du monde. Le championnat d'Europe ne semble pas être le terrain de jeu favori de ce groupe exceptionnel qui prouve ailleurs : alors qu'elle n'a raté pratiquement aucun podium mondial depuis près de vingt ans, en plus de dix championnats d'Europe... hormis le bronze à Montpellier, les Françaises ne se sont hissées que deux fois sur le podium en 2011 et 2013 ! Une médaille en 2017, ce serait donc une belle performance.
Dommage aussi, sans doute, que les champions d'Europe de kata, le trio français masculin, ne puisse remonter cette fois en finale. Mais il ne bénéficie plus de la dynamique de Montpellier 2016, et leurs adversaires italiens et espagnols sont dominants sur la période, avec cinq finales entre ces deux nations entre 2009 et 2015.

Deux finales qui valent déjà de l'or
En revanche, c'est une performance remarquable que fait le trio kata féminin, absent depuis 2012 du podium européen, même à Montpellier. En finale, elles ont une belle possibilité d'amener de l'or à l'équipe de France, ce qui serait une performance historique. La revanche du travail pour ce trio qui n'a encore pas beaucoup d'expérience ensemble, et qui peut commencer à rêver.
C'est aussi une réussite exceptionnelle que signe l'équipe de France masculine de combat, désormais régulière depuis 2015 en finale de ce rendez-vous continental... à chaque fois contre la Turquie. Elle avait perdu en 2015 à Istanbul, gagné en 2016 à Montpellier. Nous voici à Kocaeli, en Turquie à nouveau... mais entretemps, les masculins français ont aussi pris une belle médaille mondiale. Et pourquoi pas battre la Turquie chez elle ?
Un beau projet pour une belle fête du karaté ce week-end.

  • 2e jour
  • KATA
  • COMBAT
Retour au fil d'actualités